logo
Accueil - Actualités - Visites - Sites - Presse - Adhérer - Liens


SAUVEGARDE DES PAYSAGES DE CEZANNE
Association loi de 1901

Actualité ayant trait à Cezanne, sur Aix :

 

Antony MARSCHUTZ, fils de Léo MARCHUTZ peintre inspiré par CEZANNE et promoteur, avec John REWALD, de l'œuvre de CEZANNE, nous fait le plaisir d'accompagner les membres de notre association dans une visite au site mémorial du CAMP DES MILLES, samedi 3 décembre, à partir de 14 heures, dans le cadre de l'exposition organisée autour de l'œuvre de son père.

L'entrée sera gratuite.

Pour la bonne organisation de cette visite, nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire en répondant à cette adresse : contact@paysagesdecezanne.org

Bien à vous,

Pour l'association Sauvegarde des Paysages de Cezanne

Didier Bonfort



« CEZANNE ET MOI »
Ou le récit d’une amitié ambiguë

S’il est encore aujourd’hui des aixois qui connaissent mal Cezanne, ce n’est certainement pas le dernier film de madame Thomson : « Cezanne et Moi » qui leur fera découvrir le Maître d’Aix dans sa Vérité.

Certes, les décors et les paysages sont grandioses et merveilleusement filmés, les costumes sont tout à fait remarquables, la musique ponctue intelligemment les images et, de ces points de vue, c’est un très beau film.

Toutefois, dans une œuvre dont l’ambition annoncée est, semble-t-il de témoigner, c’est le fond avant tout qui est important, or là, ça ne colle plus vraiment.

Pas crédible l’apparence physique des personnages principaux. Encore moins crédible l’accent. Il n’y a rien de pire qu’un parisien qui se force à prendre l’accent du sud…

Certains diront : ça n’est pas très important ; oui quand même.

On ne reconnaît pas les deux monuments, les deux amis, rare exception d’une amitié aussi solide, quoique tourmentée, entre un peintre et un écrivain.

Triste caricature d’un Cezanne grossier, vulgaire, alors que le vrai, celui qu’on aime, hormis ses colères, d’ailleurs souvent calculées, était un homme raffiné, courtois, attentif, attentionné.

Et puis, cette brave Hortense posant dénudée… Où a-t-on trouvé cette référence ? Tout cela est fort regrettable car il y a aussi de bien bonnes choses, heureusement. La place, notamment, de la femme dans la société du XIX me siècle est bien représentée.

L’amitié entre Zola et Cezanne a pris naissance à l’âge de l’adolescence avec une force inouïe. Il est dommage que le film n’ai pas donné plus d’importance à cette période essentielle que nous savons très riche et très belle. L’ensemble y aurait gagné.

Madame Thomson dit avoir tout lu sur Cezanne, curieux, il semble qu’en réalité elle n’ai retenu que le contenu du roman de Zola : « l’Oeuvre » qui est une fiction. Cezanne en connaissait le contenu, car on sait qu’au cours de l’année 1885, au fur et à mesure de l’écriture, Zola en lisait des chapitres entiers à Cezanne. Donc pas de surprise réelle et même si Cezanne eut quelque difficulté à digérer les rares « ressemblances » avec Claude Lantier, cela n’interrompit pas, comme on l’a répété durant plus d’un siècle leur amitié.

Nous savons aujourd’hui, qu’à l’occasion de la parution en novembre 1887 chez Charpentier du nouveau roman « La Terre », Cezanne remercie chaleureusement Zola de son nouvel envoi.

Ce film va servir d’ambassadeur de la ville et du Maître d’Aix, c’est cette image qui sera le plus souvent retenue.

On dit quelquefois de quelqu’un qui fait un peu n’importe quoi qu’il fait du cinéma. S’agissant du film de madame Thomson c’est tout à fait le cas ; mais il faut dire à sa décharge, que c’est son métier.

Jacky CHABERT
Président de l"Association



Rénovation de la Bastide du Jas de Bouffan, qui devrait ainsi devenir un centre Cezannien mondial. Les travaux devraient débuter d’ici la fin de l’année.

Un Centre Cezannien de Recherche et de Documentation, dont la gestion sera assurée par la Société Paul Cezanne (http://www.societe-cezanne.fr) devrait voir le jour au sein de la Bastide du Jas de Bouffan, grâce notamment à un mécénat suisse et l’apport d’une importante bibliothèque rassemblée par Alain MOTHE, récemment décédé et qui fut un grand amateur d’art et admirateur de Cezanne.

Le 24 septembre, de 9 h 30 à 18 h, dans la Bastide du Jas de Bouffan, la Société Paul Cezanne propose un colloque sur le sens de l’amitié Zola et Cezanne, sous le titre Zola et moi… une fraternité de génie, et ce en référence au film de Danièle Thomson. Ce colloque sera gratuit et ouvert au public, dans la limite des places disponibles, et les intervenants seront : Henri Mitterand, Alain Pagès, Jean-Marc Colrat, Bruno Ely, Jean Arrouye, Jayne Warman, Marie-Jeanne et Denis Coutagne (programme sur demande)

Site de Valcros : un premier terrain, de 2 ha environ, est en cours d’aménagement, autour de la bastide Lou Deven, en vue d’y créer un « pôle numérique » et une salle des musiques actuelles (Smac).

En revanche, la « Zac » de La Constance qui, quant à elle, devrait concerner un quarantaine d’hectares sur ce même plateau de Valcros, n’est pas encore lancée, l’enquête publique n’ayant pas encore été réalisée : bien entendu, nous suivons ce projet d’envergure exceptionnelle, avec la plus grande attention et continuerons à vous en tenir informé au fur et à mesure de son avancée.

A partir du mois d’octobre, nous ne manquerons pas de reprendre les visites des sites cezanniens.

 

Recueil des oeuvres de Cezanne sur le site de Valcros

Le recensement des 52 œuvres réalisées par Cezanne sur le site de Valcros – Bellevue – Montbriand est maintenant achevé.

Le recueil complet de ces œuvres et des paysages qui s’y rapportent, a été édité en quadrichromie de 36 pages(1), dont vous pouvez voir quelques extraits en fichier ci-joint.

Ce recueil peut être commandé moyennant un chèque de 13 €, à adresser au trésorier de l’association : M THILLARD, 265, chemin de l’Echelle, 13100 AIX.

Il sera également remis gratuitement à tout adhérent à jour de sa cotisation 2016 (cf. bulletin sur le site, onglet adhérer) lors de la prochaine Assemblée générale de notre association qui se tiendra le 6 avril prochain (convocation à venir). En cas d’impossibilité de participer à cette AG, il pourra est envoyé par courrier, aux adhérents à jour de leur cotisation, sur simple demande et moyennant une contribution de 3 €, aux frais d’envoi.

(1) Couverture quadri recto verso sur papier FSC CM 300 gr + pelliculage brillant recto, Intérieur 32 pages quadri recto verso sur papier FSC CM 170 gr, Reliure dos carré collé

livret
Cliquez pour voir des extraits du recueil

Buts de l’association

Inventorier les lieux ou Cezanne a peint : Montbriand – Bellevue, Bibémus, Route Cézanne, Les Trois Sautets, les bords de l’Arc, Gardanne,... Recherche de soutiens au niveau local, national et international, auprès des musées détenteurs d’œuvres de Cézanne peintes sur ces sites.

Contribuer à la création d’itinéraires culturels et paysagers dans ces lieux magnifiés par Cézanne, à l’image de ce qui a été fait le long de la route Cézanne, à Bibémus et aux Lauves

grand pin sainte victoire
  Montagne Sainte Victoire au grand pin et bastide Vieille (Courtauld Institute of Art Gallery, Londres)

Dans les pas de Paul Cezanne...

« Ce jour là, non loin des Milles, à trois quarts d’heure d’Aix et du Jas de Bouffan, sous un grand pin, au bord d’une verte et rouge colline, nous dominions la vallée de l’Arc, il faisait bleu et frais, un premier matin d’automne dans la fin de l’été... Devant nous, au soleil virgilien, la Sainte Victoire, immense, tendre et bleuâtre, les vallonnements du Montaiguet, le viaduc du Pont de l’Arc...

C’est ainsi que le poète aixois Joachim Gasquet évoque ce lieu où Paul Cézanne se rend au tournant du siècle, durant plus de 15 années, puis peu avant sa mort. Il y peint parmi ses plus beaux motifs : Sainte Victoire, le Grand Pin, le Pigeonnier de Bellevue, la Plaine de Valcros..., jusqu’à la vente de la Bastide du Jas de Bouffan; puis il y revient après. Et c’est là qu’il révéle sa passion pour le paysage…Il avait planté son chevalet à l’ombre d’un bouquet de pins »...

 

Par le chemin de Valcros, au départ du Jas de Bouffan, Cezanne s’en va vers Montbriand, alors propriété de sa sœur Rose, et pousse jusqu’à la bastide de Bellevue. Les sites traversés lui inspirent parmi ses plus belles œuvres, que l’on trouve répertoriées dans le présent document. Ils témoignent certainement du sentiment organique de la peinture de Cezanne : « Peindre d’après nature, ce n’est pas copier l’objectif, c’est réaliser des sensations », écrit-il. A une ressemblance de surface pesamment académique, il privilégie ce qui sourd de la pierre et du bois, de la chair de la terre et du vent qui l’entourent et l’enveloppent, desquels il procède, et avec lui ses modèles, créatures et objets autant que paysages, semblant pérenniser la tentative de la peinture « de rendre visibles des forces qui ne le sont pas [...] : la force de plissement des montagnes, la force de germination de la pomme.» (1)

Ainsi qu’il le dit lui-même, «ce que j’essaie de vous traduire est mystérieux, s’enchevêtre aux racines mêmes de l’être, à la source impalpable des sensations.» (2)
Il serait impossible aujourd’hui, à Cezanne de se rendre sur son motif par le même chemin, coupé par la ville nouvelle construite comme en miroir moderne de la cité originelle. Si le site de Montbriand est irrémédiablement pollué par le vacarme de l’autoroute qui a remplacé le tramway vers Marseille, le plateau de Valcros et le site de Bellevue sont pourtant miraculeusement épargnés. Ils doivent le rester car l’œuvre de Cezanne est entrée dans le patrimoine de l’Humanité et le monde entier contemple aujourd’hui ces paysages aixois dans ses plus grands musées.

«Ce qui emporte la conviction, la transformation en chose, l’exaltation de la réalité rendue indestructible à travers l’expérience que le peintre a de l’objet, voilà où il situait la fin de son intime travail» (3)

(1) Gilles Deleuze, Francis Bacon, logique de la sensation, p.39 et p.28)
(2) Paul Cezanne cité par Gasquet in Jean Colrat, “Le développement logique de ce que nous voyons”, Ce que Cezanne donne à penser, Actes du colloque d’Aix en Provence juillet 2006, p. 162
(3) Rainer Maria Rilke - Lettres sur Cézanne (traduction Philippe Jaccottet)


Siège social : 265, chemin de l’Echelle - 13100 AIX en PROVENCE
Contacts : contact@paysagesdecezanne.org - 06 85 53 72 29 - 04 42 24 95 17